Maux de ventre, diarrhée, amaigrissement, fièvre… Il peut s’agir d’une maladie de Crohn. Comment diagnostiquer cette inflammation chronique de l’intestin (MICI) ? Quels examens sont prescrits ? Les réponses du Dr Denis Constantini, gastro-entérologue.

Comment savoir si je souffre de la maladie de Crohn ? © iStock

La maladie de Crohn touche environ 5 personnes sur 100 000. Cette inflammation chronique de l’intestin (MICI) apparaît généralement entre 20 et 30 ans (1).

icon-quotes

« Les symptômes de la maladie de Crohn sont d’une grande banalité. Ce qui explique que la maladie reste méconnue et mal diagnostiquée », explique le docteur Denis Constantini, gastro-entérologue et hépatologue à Corbeil-Essonne (Ile-de-France).

Le diagnostic est le plus souvent établi en période de poussée, face à des symptômes évocateurs de la maladie comme des maux de ventre, une diarrhée chronique (plus de deux semaines), une perte de poids, des fissures et/ou fistules dans les organes digestifs, de la fièvre…

Les examens nécessaires au diagnostic de la maladie de Crohn

icon-quotes

« Le diagnostic repose sur l’association de plusieurs critères : cliniques, biologiques et endoscopique, continue le docteur Constantini. Il n’existe pas un test unique pour diagnostiquer la maladie de Crohn ».

  • Le bilan biologique permet de détecter un syndrome inflammatoire, de rechercher une anémie ou des carences nutritionnelles. Les examens de selles écartent une infection intestinale.
  • L’endoscopie digestive, plus particulièrement la coloscopie, constitue l’examen principal pour établir le diagnostic. Son objectif : examiner le système digestif (rectum, côlon, iléon (partie terminale de l’intestin grêle). Ces régions sont généralement le siège des atteintes digestives de la maladie de Crohn. De plus, la coloscopie permet de pratiquer des prélèvements de la muqueuse digestive. Elle peut parfois être complétée par une gastroscopie. Elle a pour but d’observer l’œsophage, l’estomac et le duodénum à la recherche d’une localisation haute de la maladie.
  • L’IRM du grêle permet d’explorer l’ensemble de l’intestin grêle, de rechercher des fistules ou une sténose (rétrécissement) .
  • Autre alternative lorsqu’aucune lésion n’est retrouvée mais que le doute diagnostic persiste : la vidéocapsule, une capsule de la taille d’un comprimé contenant une minuscule caméra, à avaler. Celle-ci recueille et transmet à un système de traitement informatique des images de tout l’intestin grêle. Elle permet la détection de lésions superficielles mal vues à l’IRM.

Des examens complémentaires dans certains cas

Certains symptômes (anémie, retard de croissance, inflammation de l’œil, arthrite, érythème noueux, inflammation de la peau…) demandent des examens complémentaires pour confirmer une manifestation extradigestive de la maladie de Crohn.

(1) “Maladies inflammatoires chroniques de l’intestin (MICI)”, Inserm (Institut National de la Santé et de la Recherche Médicale)

À lire aussi


Partagez :