Le compostage est un moyen économique et écologique de réduire ses déchets ménagers. Il vous permet aussi d’obtenir en quelques mois un compost dont vous vous servirez pour vos plantations, au jardin ou à la maison. Mais comment composter selon que l’on vive en appartement ou dans une maison avec jardin ?

Lire : 10 gestes simples pour réduire nos déchets

Le compostage à la campagne

Si vous disposez d’un jardin, vous avez le choix entre faire un compost :

  • en tas : les déchets sont regroupés en tas sur le sol. Choisissez pour cela un endroit du jardin un peu à l’écart, plutôt à l’ombre et à l’abri du vent, par exemple près d’une haie. Le compostage en tas permet de gérer des volumes importants. Évitez de le réaliser en limite de propriété à cause des odeurs,
  • dans un bac. Vous pouvez acheter en jardinerie un bac à compost qui permet de gérer de plus petits volumes que le compostage en tas. Cependant, il peut être intéressant d’avoir deux bacs, voire plus, avec des composts d’âges différents : un bac peut récolter les déchets frais ; puis, après maturation, vous pouvez transférer le bas du bac dans le second composteur, pour une maturation plus longue. Un composteur prend moins de place sous la forme d’un bac, mais le brassage est moins facile. Le compost est également mieux protégé des animaux nuisibles qui pourraient venir y trouver leur nourriture. Si vous êtes bricoleur, fabriquez vous-même votre bac à compost avec des planches en bois !

De manière générale, pensez à ménager un accès pratique à votre compost pour y apporter régulièrement vos déchets, mais aussi pour pouvoir l’entretenir facilement.

Le compostage en appartement

Si vous vivez dans un appartement, il existe des bacs de récupération du compost dans certaines villes, avec des jours de passage comme pour les poubelles. Mais vous pouvez aussi composter chez vous directement, pour cela, pensez au lombricomposteur qui utilise des vers de terre ! Un lombricomposteur peut se placer à l’intérieur, dans la cuisine ou dans une cave, ou bien à l’extérieur, sur la terrasse ou le balcon, mais à l’abri du soleil et de la pluie. Vous pouvez acheter un lombricomposteur en jardinerie ou bien le fabriquer vous-même.

Le lombricomposteur n’utilise pas les lombrics du jardin, mais des vers Eisenia. Ne les mélangez pas avec d’autres vers. Au bout de deux à trois mois, les vers auront dégradé vos déchets en compost et vous permettront aussi d’obtenir une sorte de « thé », le « lombrithé », qui est un bon fertilisant pour vos cultures.

Dans un lombricomposteur, vous pourrez apporter vos déchets végétaux (épluchures de fruits, légumes…) vos filtres à café, sachets de thé, ainsi que les coquilles d’œufs. Mais évitez les produits laitiers et la viande, les litières de chat (même dites compostables), l’ail et l’oignon trop acides.

Autre possibilité si vous vivez en appartement : le compostage partagé, au pied de l’immeuble, avec des composteurs collectifs permettant de gérer de gros volumes ! De plus en plus de collectivités locales organisent ce type de compostage. Si vous avez envie de vous investir dans ce type de projet pour votre quartier, consultez le guide de l’Ademe sur le compostage partagé.

Des livres pour aller plus loin : Famille en transition écologique et Famille (presque) Zéro Déchet


Partagez :