Pourquoi c’est important

Depuis plusieurs années maintenant, on sait qu’il existe des connexions entre microbiote intestinal et cerveau et qu’elles peuvent être modulées en fonction des bactéries présentes dans les intestins.
Les prébiotiques sont des fibres à courtes chaînes qui servent de nourriture à certaines bactéries bénéfiques (que l’on nomme aussi probiotiques). En favorisant ces dernières, les prébiotiques pourraient agir sur certaines capacités cérébrales. Afin d’en savoir plus, des chercheurs ont réalisé une méta-analyse des études évaluant l’effet de la prise de prébiotiques sur la cognition humaine.

Lire aussi : Les prébiotiques, un rempart contre les kilos

L’étude

Pour cette analyse, les scientifiques ont regroupé 14 études assez hétérogènes, allant de 10 minutes à 13 semaines d’intervention et où la consommation de prébiotiques oscillait entre 5 mg et 10 g par jour.
Voici ce que les chercheurs ont trouvé après analyse : 

  • Les prébiotiques favorisent la prolifération de certaines bactéries intestinales (bifidobactéries, lactobacilles, etc.) et semblent réduire les niveaux de cortisol (« l’hormone du stress ») ainsi que les symptômes associés au syndrome de fragilité
  • Dans certains cas (mais pas tous), ils permettent de réduire la fatigue, la tension nerveuse, l’anxiété, la confusion mentale (ressenties subjectivement) et d’accroître la vigilance, la joie, l’énergie (ressenties) ou la mémoire verbale épisodique. 
  • Globalement, les prébiotiques pris sur plusieurs semaines auraient plus d’effets sur l’humeur que ceux pris en une seule dose qui, eux, semblent avoir plus d’effets sur les capacités cognitives à court terme.

Cependant, pour les auteurs, ces résultats ne peuvent permettre de conclure à aucun effet réel des prébiotiques sur le cerveau à cause de l’hétérogénéité des expériences. 

En pratique 

Si les effets des prébiotiques et autres fibres particulières restent encore flous sur les capacités cognitives ou l’humeur, il est conseillé d’enrichir vos repas en fibres. Une alimentation riche en fibres est en effet associée à un risque moindre de nombreuses maladies chroniques (diabète, obésité, certaines maladies cardiovasculaires…). Il suffit d’augmenter vos apports légumes, légumineuses, noix et graines, fruits ainsi que remplacer les céréales raffinées par des céréales complètes.

Pour en savoir plus : Comment le microbiote intestinal nous protège (abonnés) et Le nouveau guide des probiotiques


Partagez :