Malgré une sensibilisation de plus en plus importante, les informations concernant l’endométriose restent truffées de fausses idées. Les solutions éventuelles sont particulièrement mal connues par les professionnels de santé, par le grand public et par les patientes.

5 mythes sur l'endométriose © iStock

Le mot “endométriose” commence à circuler et à se faire connaître depuis quelques années. Mais beaucoup de fausses idées continuent d’être associées à cette maladie déjà assez difficile à diagnostiquer et à traiter. Or, une femme sur dix en âge de procréer est concernée. Ces mythes peuvent être véhiculés par la bouche de médecins, d’amis ou de parents, rappelle le site américain She knows. Voici les plus fréquents :

1. On ne peut rien faire

Certains professionnels de santé mal renseignés sur l’endométriose estiment parfois qu’un diagnostic serait “inutile”, car il n’existe pas de traitement pour soigner cette maladie. Pourtant, de nombreuses solutions permettent d’aider les personnes souffrant d’endométriose à réduire leurs symptômes les plus handicapants. Les questions de douleur et de fertilité doivent être traitées au cas par cas.

2. Il suffit d’une opération

Lorsqu’on choisit de retrier l’endomètre qui est sorti de l’utérus par voie chirurgicale, la prudence est de mise. Si pour certaines personnes, cette technique assure une certaine tranquillité pendant quelques années, pour d’autres, l’endomètre peut se reformer très rapidement. En effet, l’opération n’élimine pas la cause première d’endométriose, et des parties microscopiques difficiles à éliminer risquent de se développer par la suite.

3. La grossesse est une bonne solution

Chez une femme enceinte, l’endométriose n’est plus sujette au cycle menstruel, et les douleurs sont donc moins présentes. Mais la grossesse n’est pas un médicament, et les symptômes vont réapparaitre dès que les hormones auront retrouvé leur niveau habituel. La cause exacte de l’endométriose n’est pas connue, et la façon la traiter non plus.

4. L’hystérectomie guérit l’endométriose

L’endométriose se définit par la présence de muqueuse utérine en dehors de la cavité utérine, sur différents organes. L’acte chirurgical qui consiste à enlever tout ou une partie de l’utérus, l’hystérectomie, peut être proposé comme solution aux femmes souffrant d’endométriose. Mais c’est bien l’endomètre, et pas l’utérus, qui cause la douleur. Il existe donc d’autres techniques à essayer avant de passer par une opération aussi radicale.

5. La douleur n’a lieu que pendant les règles

La plupart des personnes qui ont déjà entendu parler de l’endométriose associent les douleurs à la période des règles. C’est le cas, lors des premiers stades de la maladie. Cependant, à mesure que l’endométriose se développe et se propage, l’inflammation devient plus active, les organes touchés développent des fibroses et des distorsions, et les nerfs et les muscles commencent à se tendre. Cela provoque des douleurs en dehors des règles qui, non traitées, finissent par entraîner des douleurs pelviennes chroniques.

À lire aussi


Partagez :