Il n’est pas nécessaire d’imposer un rendez-vous chez le gynécologue dès les premières règles de votre fille. Le médecin traitant peut facilement répondre à ses questions et lui expliquer les bons gestes de prévention. Mais dans certains cas, une visite gynécologique reste indispensable.

Ado : quand faut-il prendre le premier rendez-vous gynécologique ? © iStock

Quand une adolescente n’est pas sexuellement active, et n’a pas l’intention de le devenir dans un futur proche, doit-elle quand même consulter un·e gynécologue ? A partir de quel moment ? Pour les experts du New York Times, chaque situation est différente. Une visite de dépistage préventive en matière de santé sexuelle et de reproduction est recommandée entre l’âge de 13 et 15 ans. Cette visite donne l’occasion de discuter de toutes les préoccupations liées aux règles, comme les saignements et les douleurs, et les rapports sexuels.

Mais beaucoup de médecins de famille peuvent dispenser ces explications et recommandations sans l’aide d’un·e spécialiste. En tant que parent, gardez à l’esprit que même si votre adolescente vous affirme n’avoir jamais eu de rapports, il est préférable de la laisser parler à son médecin sans que vous soyez présent dans la salle pendant au moins une partie de la visite, afin qu’elle puisse discuter sans gêne.

Vaccins et frottis

Le vaccin contre le papillomavirus humain est recommandé pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans. Mais il peut être réalisé par un médecin, un infirmier, ou une sage-femme, à la fois en libéral, à l’hôpital ou dans un centre dédié. La présence d’un·e gynécologue n’est donc pas obligatoire.

Le dépistage de la chlamydia, une infection sexuellement transmissible très répandue, est recommandé de façon systématique chez les femmes de 15 à 25 ans sexuellement actives. La Haute Autorité de santé (HAS) préconise que ce dépistage, auparavant réalisé dans des centres spécialisés, soit davantage effectué par les médecins généralistes, les gynécologues, ou les sages-femmes. Enfin, le premier frottis doit être réalisé à l’âge de 25 ans, mais il existe un risque dès les premiers rapports sexuels.

En fin de compte, si une jeune fille souffre de règles irrégulières, de règles abondantes, de douleurs menstruelles qui résistent aux analgésiques, et si elle est sexuellement active, il est recommandé qu’elle soit suivie par un·e gynécologue. Autrement, un·e médecin de famille peut suffire à répondre à ses questions et surveiller sa santé sexuelle, et un premier rendez-vous gynécologique pourra être prévu à partir de ses 25 ans, ou des premiers rapports sexuels.

À lire aussi


Partagez :