La grippe provoque toute une série de réactions en cascade, et des symptômes désagréables. Mais ce processus douloureux se met en place pour une bonne raison : nous aider à venir à bout du virus. Découvrez comment l’organisme réagit à ce genre d’attaque.

Pourquoi la grippe nous met-elle K.O. ? © iStock

Fièvre, toux, mal de gorge, perte d’appétit, douleurs musculaires, maux de tête, fatigue…les symptômes de la grippe sont relativement faciles à identifier. Mais comment se fait-il que cette maladie se manifeste de façon aussi violente ? Et que se passe-t-il dans le corps lorsqu’on lutte pour aller mieux ? La professeure Laura Haynes, de l’université du Connecticut, aux Etats-Unis, explique dans The Conversation que le virus de la grippe provoque une infection des voies respiratoires, donc du nez, de la gorge et des poumons.

Le virus est inhalé ou transmis, généralement par les doigts, aux muqueuses de la bouche, du nez ou des yeux. Il circule ensuite dans l’organisme et se lie aux cellules qui tapissent les voies respiratoires pulmonaires. Une fois à l’intérieur des cellules, le virus détourne la machinerie de fabrication de protéines de la cellule pour générer et multiplier ses propres protéines virales. Une fois prêtes, elles sont libérées et peuvent envahir les cellules adjacentes. Bien que ce processus cause certaines lésions pulmonaires, la plupart des symptômes de la grippe sont en fait causés par la réponse immunitaire au virus.

Une déclaration de guerre

Les récepteurs capables de détecter la présence du virus produisent de petites molécules de type hormonal appelées cytokines et chimiokines. Celles-ci alertent l’organisme en cas d’infection et réveillent les “cellules soldats”, les lymphocytes T.

Lorsque les lymphocytes T reconnaissent spécifiquement les protéines du virus de la grippe, ils commencent à proliférer dans les ganglions lymphatiques autour des poumons et de la gorge. Résultat : nos ganglions sont enflés et douloureux.  Ils se déplacent ensuite vers les poumons et commencent à tuer les cellules infectées par le virus. Ce processus crée beaucoup de lésions pulmonaires semblables à la bronchite, ce qui peut aggraver les maladies pulmonaires existantes et rendre la respiration difficile. L’accumulation de mucus dans les poumons à la suite de cette réponse immunitaire provoque la toux pour dégager les voies respiratoires.

D’autre part, afin de combattre l’infection grippale de façon adéquate, les cytokines et les chimiokines pénètrent dans la circulation sanguine. Elles provoquent alors de la fièvre, des maux de tête, de la fatigue et des douleurs musculaires. Alors, la prochaine fois que vous souffrez des symptômes de la grippe, rassures-vous, c’est signe que votre organisme lutte contre la propagation du virus.

À lire aussi


Partagez :