Nous sommes parfois obligés de conduire malgré un état de fatigue avancé. Cette situation dangereuse peut être évitée grâce à quelques mesures préventives, comme la consommation de café, les pauses sur le trajet, le changement de posologie des médicaments et le fait de ne pas être seul·e en voiture.

6 solutions en cas de somnolence au volant © iStock

Prendre le volant en cas de somnolence est très dangereux, il n’y a aucun doute à ce sujet. Pourtant, de nombreuses personnes ont conscience d’avoir pris ce risque, d’après le site Consumer Reports. Et pour cause, la somnolence au volant serait presque impossible à éviter. Même les personnes les mieux intentionnées sont parfois obligées de conduire dans un état de fatigue avancé.

Or, le manque de sommeil peut nuire à la conduite autant que la consommation d’alcool. Les vitres grandes ouvertes et un volume de musique élevés ne suffisent pas à rester vigilant. Voici quelques mesures préventives qui peuvent vous aider à garder les yeux ouverts :

Dormez suffisamment

C’est le conseil le plus banal, et pourtant nécessaire. Un adulte a besoin d’un minimum de sept heures de sommeil par nuit. Si votre sommeil est de mauvaise qualité, demandez de l’aide à votre médecin afin de soigner un éventuel problème d’apnée du sommeil ou d’insomnie. Même si vous êtes bien reposé, des heures et des heures sur la route peuvent vous endormir. Si vous partez en voyage, assurez-vous d’avoir une bonne nuit de sommeil derrière vous, et de pouvoir prendre des pauses.

Surveillez les médicaments

De nombreux médicaments sur ordonnance et en vente libre, y compris les antihistaminiques, les antidépresseurs, certains médicaments pour la tension artérielle, certains anxiolytiques, les relaxants musculaires et, bien sûr, les somnifères, peuvent vous rendre somnolent. Certains peuvent interagir avec d’autres médicaments et causer de la fatigue. Votre médecin peut ajuster votre posologie pour réduire les risques de somnolence au volant.

Ne soyez pas seul·e

Avoir une personne qui peut prendre le volant pendant un certain temps pour que vous puissiez faire la sieste peut être très utile. Et pendant que vous conduisez, votre compagnon peut discuter avec vous pour vous garder éveillé, et vous prévenir si votre conduite devient douteuse ou dangereuse.

Faites une pause

Même les conducteurs les plus alertes devraient faire une pause toutes les deux heures environ. Les personnes somnolentes sont peu susceptibles de remarquer qu’elles conduisent mal. Faites donc attention aux indices

  • Les paupières qui se baissent, le fait de clignez des yeux et de bâillez fréquemment.
  • Sortir de votre voie ou heurter une bande sur le bord de la route.
  • Réaliser que vous ne vous souvenez pas des dernières minutes ou des derniers kilomètres que vous avez parcourus.
  • L’absence d’un panneau routier ou d’une sortie que vous avez raté.

Dans ce cas, trouvez un endroit sûr pour quitter la route et faites une sieste de 15 à 20 minutes dans votre voiture. Attendez 5 minutes de plus après votre réveil avant de reprendre la route, pour bien vous réveiller.

Prenez un café

Si vous ne pouvez pas faire la sieste, ou même si vous le pouvez, une dose de caféine vous aidera à rester alerte pendant quelques heures. Une fois que vous l’avez bu, attendez au moins 15 minutes pour laisser le temps à la caféine d’agir avant de reprendre le volant.

À lire aussi


Partagez :